sublum
connaissance


Ne pas pleurer, bébé

par Sublum



J’ai détourné le cours de l’amour pour enfanter ce texte d’une beauté qui, je l’espère, te changera les idées. Toi, mon amie qui, en ce moment, a le cœur sec et une peine à noyer, tu vois je ne t’ai pas oublié. Pour toi j’ai volé, j’avoue, un peu de la passion des amoureux transis pour t’en donner un peu. J’ai même ôté, je crois, un peu l’espoir d’un nouveau-né, qui te le voulait. Pour que tu puisses respirer, toi qui a le cœur triste, j’ai collecté les éclats de rires de toute une journée. J’ai ramassé les miettes d’un chagrin oublié. Pour toi, mon amie que j’aime, j’ai pris de ce bonheur réservé aux désoeuvrés. J’ai aussi volé, parce que tu comptes pour moi, la tendresse d’une mère en mal d'aimer. Tout cela, je l’ai fais pour toi, parce que c’est maintenant et que c’est toi, qui en avais le droit. Alors, tu vois, il ne faut pas pleurer. Toi, mon amie en larmes, il ne faut pas, bébé.



Retour



© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact