Sublum : histoires erotiques ou de science-fiction
histoires érotiques
histoires erotiques


site de rencontre




Je me présente : je m’appelle Déborah. J’ai trente deux ans. Je suis brune ou parfois blonde, suivant mon humeur. La gent masculine me trouve plutôt bien roulée, sans doute parce que j’aime mettre mon corps en valeur par des robes chics et moulantes. Quand un ami de longue date m’a demandée d’écrire pour son site www.sublum.com, je fus très surprise, d’abord parce que je ne savais pas qu’il avait un site, puis, en le découvrant, je fus très flattée, du fait qu’il ait pensé à moi, pour sa rubrique érotique.

Pourtant, si je désirais ardemment l’encourager dans son projet, j’ai failli ne pas accepter. Même si, indéniablement, les gens me prêtent de nombreuses qualités, je ne pense pas avoir celles d’une écrivaine. Mes premières impressions se sont confirmées quand je me suis retrouvée face à l’angoisse de la page blanche. Il ne me fallut pas plus de dix minutes pour me rendre compte que je ne savais absolument pas ce que je devais écrire. Je revins vers mon ami qui me dit que je n’avais juste qu’à me raconter et que cela serait amplement suffisant. Aussi, suivant ses conseils, je vais me raconter. Du moins je vais essayer…

Mes premiers souvenirs sexuels remontent à mes douze ans. Je passais beaucoup de temps auprès d’un garçon de mon age qui traînait avec une bande de gamins du voisinage. Je découvris que j’aimais beaucoup me retrouver seule avec lui. Il était très dirigiste et moi, comme une idiote, je faisais tout ce qu’il me demandait et le suivais partout. Très vite, nos excursions dans la nature se terminaient en excursion de ses doigts malhabiles sous ma jupe et à l’intérieur de mon sexe, ma petite culotte ayant volée dans l’herbe. Bien que parfois brutales, j’adorais ces sensations qui me faisaient mouiller abondamment. Je crois que j’eus mon premier orgasme, ainsi debout dans l’herbe haute, mordillant ma jupe que je tenais relevée, laissant… le vent ? me lécher entre les cuisses.

Aujourd’hui, je suis une femme accomplie qui ne se laisse plus si facilement approcher. Lors de soirée, vous me verrez souvent accompagnée d’un beau jeune homme. Parfois, selon les aléas des rencontres, je repartirais avec un autre. Parfois seulement. N’allez pas croire que je sois une femme facile. Il vous faudra beaucoup de talent et d’ingéniosité pour me séduire. Mais si, confiant dans votre charme, vous tentez votre chance et que vous parvenez à me faire rire, je serais toute à vous. Alors, comme ce petit garçon, vous pourrez glisser… vos doigts ? dans cet endroit doux et tant convoité, excitant dangereusement la jalousie de vos amis et amies. Je vous emmènerai chez moi et vous montrerai ce dont je suis capable pour rendre heureux un homme qui a su toucher mon cœur.

Pour en revenir à ma vie, mon adolescence n’a pas été aussi mouvementée que l’on pourrait se l’imaginer. D’abord, je déménageais souvent ce qui me causait des difficultés pour nouer des relations stables. Ensuite, j’étais très complexée par ma poitrine même si, depuis, certains se sont montrés rassurant à ce sujet. Le regard des hommes et parfois même de certains de mes professeurs me gênait beaucoup. Je ne savais jamais si je méritais mes notes ou si j’avais eu droit à un traitement de faveur. Difficile de se construire une image de soi et de prendre de l’assurance dans ces conditions. Bien sûr, un peu plus tard, j’ai fini par prendre conscience du… double tranchant ? de ces armes que la nature m’avait données.

Certaines femmes pourront paraître choquées de me voir tenir de tels propos, sans doute parce qu’elles doivent se sentir jalouses et frustrées. D’autres, au contraire, comprendront très bien ce que je ressens. S’il y a bien une chose que la vie m’a apprise, c’est de profiter de chaque occasion qui nous est offerte pour avancer, et c’est ce que je fais. Mais laissons là, un instant, les grincheux et les aigries et continuons notre petit bout de chemin ensemble.

Ce n’est que vers l’âge de dix-sept ans que je connus ma première vraie expérience amoureuse. Lui était un beau jeune homme à l’avenir prometteur (nous verrons que l’avenir ne tient pas toujours ses promesses). Moi, j’étais une adolescente assez romantique et curieuse. Notre rencontre fut un véritable coup de foudre. On ne se voyait que les week-ends, habitant loin de l’autre, mais chaque instant passé auprès de lui était un pur bonheur. Il me lisait des poèmes qu’il prétendait avoir écrit et moi je l’écoutais pendant des heures. Un soir que ses parents étaient sortis, il m’invita chez lui. Je sentais de tout mon être que cette soirée allait être spéciale. J’avais encore en tête les petits doigts tripoteurs de mes douze ans mais je découvris comment cela pouvait être différent. Une autre dimension s’ouvrait à moi. Un simple baiser de ses lèvres me transportait littéralement. Nous fîmes l’amour trois fois avant que ses parents ne rentrent, ne se doutant de rien.

A l’heure où je vous raconte cela, je sens mon sexe s’ouvrir légèrement, preuve que cette aventure n’est toujours pas terminée au fond de moi. Pourtant, depuis ce jour, je n’eus plus aucune nouvelle de sa part. Une amie m’expliqua que j’étais tombée dans les filets d’un séducteur sans scrupules et qu’il fallait que je m’arme car il y en aurait d’autres au cours de ma vie. Quand je réalisai enfin qu’elle disait vrai, je pleurais pendant trois jours. Ensuite, elle m’emmena en boîte de nuit pour me changer les idées. La rage au cœur, j’étais prête à faire souffrir le premier venu.

Il travaillait dans une boite d’import-export, ne me demanda même pas mon âge et m’emmena sans broncher dans sa voiture de marque. Là, nous fîmes l’amour sur la banquette arrière. Il faut dire que j’avais mis le paquet. Il me supplia pendant des heures pour que je lui donne mon numéro de téléphone et le laisse me raccompagner. Au lieu de cela, je le laissais planté là, sur le parking.

Les aventures qui suivirent au cours de mes études furent de toutes sortes : Longues et tourmentées, courtes et intenses, parfois bizarres. Comme beaucoup de fille devenue grande, ce n’est pas le prince charmant que j’avais trouvé mais des hommes, avec leurs qualités et leurs défauts. Je me suis mise à les aimer pour ce qu’ils étaient. Et si je suis demandée pour écrire ces quelques lignes, c’est sans doute que je les aime un peu trop pour les avoir pratiquer.

Malgré tout ce temps, cette manière qu’ils ont de prendre possession de mon corps me rend toujours autant admirative. Il est rare que je ne prenne pas mon pied quand un mec bien membré me chevauche puissamment. Mon plus gros fantasme, même si j’attends toujours les deux personnes avec qui le réaliser serait de me faire prendre par deux hommes en même temps, un devant et un derrière. Je ne suis pas contre, non plus, d’inviter une de mes copines à participer à quelques ébats torrides. Il est normal que je rende la pareille… et connaissant certaines, elles ne se feraient pas prier.

L’heure tourne et je me rends compte que je ne vous ai toujours pas dit dans quelle branche je travaille. Je vous le donne en mille : Hôtesse de l’air. Ce n’est pas parce que j’aime « décoller » comme se plaisent à le dire mes collègues mais parce que je ne savais pas quoi faire d’autres. Lors d’un stage en entreprise, j’ai découvert que ce métier me correspondait bien. Il m’a été facile de passer les épreuves pour y parvenir. Aujourd’hui, je ne regrette rien de ce choix et suis plutôt contente. Je voyage énormément et peux visiter de nombreux pays.

Voilà, ce que je peux vous dire de moi. J’espère ne pas avoir été trop longue. Bien sûr, il faudrait un éclairage différent de gens qui me connaissent bien mais je pense avoir été fidèle à ce que je suis. C’est avec impatience que j’attendrais de découvrir mon texte sur ce site. J’ai obtenu la promesse qu’il serait en bonne position. D’ici là, je vous embrasse.

Déborah


tchat rencontre


Histoires erotiques   



© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact