Sublum : histoires erotiques ou de science-fiction
histoires érotiques
histoires erotiques


tchat rencontre


Coucher de soleil


par Orchidée59



C’était un soir de printemps, j’avais décidé de faire une balade au bord de l’eau. Je marchais sur les quais, observant les bateaux amarrés au port. La nuit commençait à tomber, une légère brise se leva. J’étais vêtue d’un pantalon blanc en toile et d’un petit pull marine que j’aimais porter en cette saison. Je sentais le vent me caresser la peau, me donnant quelques frissons. Je me suis assise sur un petit coin de pelouse, près d’un chêne, pour admirer le soleil couchant. Non loin de là, une fête battait son plein sur l’un des bateaux. La musique n’était pas bruyante, bien au contraire très relaxante. Je me suis mise à fredonner, tout en regardant ce paysage chargé d’émotion.

Une odeur de cigarette me sortit de mes pensées. Je me retournai brusquement, et là, tu étais debout derrière moi. Tu m’observais sans rien dire, ce qui me mit mal à l’aise. Je me mis à en rougir, ce qui ne t’échappa pas vu le léger sourire qui se dessinait sur tes lèvres. Doucement, toujours sans un mot, tu t’es approché de moi. Je pus enfin apercevoir les traits de ton visage dans la lueur de la nuit encore éclairée par le soleil couchant. Tu portais un jean et une chemise blanche en soie qui t’allait à ravir. Celle-ci était entrouverte, laissant apparaître ton torse. Tes cheveux étaient noirs, ton teint mat et, tes yeux, d’un bleu à se perdre dedans. J’étais émue, troublée par cette attirance, ce magnétisme soudain qui me poussait vers toi. Pourtant, je ne te connaissais pas, mais mon corps lui, t’appelait déjà. Je détournai la tête, de peur que tu ne devines mes pensées. Tu t’assis à côté de moi, regardant le soleil nous quitter pour sa longue nuit. Je fis de même.

Tu me chuchotas tendrement à l’oreille : « j’ai envie de te faire l’amour, là maintenant ». Je fus à la fois surprise et excitée par cette phrase. Pendant un instant, je crus que je l’avais imaginée mais non, car aussitôt, ta main se posa sur ma joue, détachant mon regard du ciel étoilé pour venir le plonger dans l’abîme de tes yeux. Comment résister à ce regard velours ? Doucement, tes lèvres s’approchèrent des miennes. Ta langue franchit l’entrée de ma bouche pour rejoindre la mienne. Elles se mélangèrent pour un long et tendre baiser. Mon cœur battait tellement fort que j’avais l’impression de n’entendre que lui. Le désir montait en moi, je le sentais, tout comme tes mains qui se frayaient un chemin sous mon pull jusqu’à mes seins. Elles se mirent à les caresser. Mes mamelons se durcirent sous la chaleur de tes paumes. Mon corps laissa tomber ses dernières réticences pour s’abandonner entièrement à ton désir.

Tu enlevas délicatement mon pull, pour que tes lèvres puissent à leur tour découvrir le goût de mes seins, pour que ta langue titille le bout de mes mamelons. Dans le même temps, tes mains s’attaquèrent aux boutons de mon pantalon qui ne leur résistèrent pas. Tu le fis glisser le long de mes jambes pour me l’enlever complètement. Puis vint le tour de mon string, que tu enlevas en passant ta main à l’intérieur pour le faire descendre doucement, tout en caressant mon sexe légèrement comme pour me faire languir de plaisir. Tu aimais à jouer avec un brin d’herbe sur tout mon corps, insistant sur les zones sensibles, comme un aveugle passant sa main sur un livre en braille.

Le jeu ne dura pas. Je sentis ton souffle sur moi, exprimant un désir fou. Tu me regardais avec des yeux tendres et enflammés, de quoi me faire fondre. A mon tour, je te déshabille. Je déboutonne ta chemise, dévoilant ton torse à mes yeux amoureux. Puis, je descendis vers ton jean où je pus sentir une légère bosse sous mes doigts. Ton désir était tout aussi éveillé que le mien. Nous voilà tous les deux nus, les yeux étincelants comme des milliers de lucioles. Là, je sentis la chaleur de tes doigts envahir mon sexe dans son infime intimité. Ils se mirent à explorer lentement ce que tes yeux ne pouvaient voir. Mon corps se mit à suivre le mouvement que tes doigts prodiguaient, délivrant ma bouche de quelques soupirs de plaisir. Ta bouche descendit à son tour vers ce que mon sexe offrait. Ta langue se faufila à la recherche de mon petit bouton que tu éveillas avec délicatesse. Mon corps tremblait de désir. Tu ne pus résister, ton corps s’allongea sur le mien, pour que nous ne fassions plus qu’un. Nos désirs se mêlèrent dans une danse harmonieuse, dégageant toute notre sensualité. Nos mouvements se firent plus pressants. L’intensité de notre plaisir nous poussa à gémir, à crier jusqu’à l’instant ultime de notre jouissance apaisante… Encore essoufflés, sans un mot, nous regardâmes le ciel étoilé avant de nous endormir enlacés et heureux comme rarement je l’avais été.



Laissez vos impressions à l'auteur : Orchidée59



tchat rencontre



Retour vers les histoires erotiques



© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact