Sublum : histoires erotiques ou de science-fiction
histoires érotiques
histoires erotiques


tchat rencontre


Dark Angel


par Sublum




Récit érotique inspiré de la série TV : Dark Angel.


Max observait le code barre qui était tatoué sur son cou. Depuis son évasion du camp d’entraînement militaire, elle n’avait pratiquement rien appris de ses origines. Qui avait osé manipuler son code génétique pour faire d’elle un soldat parfait ? Reverrait-elle ses frères et sœurs ? Au total, ils étaient douze. Max se demandait combien des autres cobayes étaient parvenus à réchapper de ces expériences interdites la nuit où ils décidèrent tous de s’enfuir, mettant leurs capacités physiques pourtant hors normes à rude épreuve.

Dans ce monde apocalyptique, le colonel Lydecker était le principal danger que Max devait affronter. Ce tueur sans cœur s’était donné pour mission de rapporter les jeunes soldats au laboratoire de recherche. Il avait des espions partout et serait prêt à tous les sacrifices. Jamais il n’abandonnerait ses recherches, traquant un à un les rescapés jusqu’au dernier.

Max n’était pas seule. Malgré son extrême réserve à se dévoiler, obligée de préserver son secret, elle avait finit par se construire une vie, avec de réels amis qui respectaient son mystère. Cela faisait quelques mois déjà que Max livrait des pizzas. Et puis, il y avait Logan, ce mystérieux cyber-journaliste redresseur de tort, vivant lui aussi dans la clandestinité. « Eyes only » était-il surnommé, le veilleur, à cause de ses messages diffusés en émission pirate où seuls ses yeux apparaissaient. Chaque fois il dénonçait des crimes ou des malversations, rétablissant un espoir de justice dans ce monde corrompu. L’homme était solitaire et menait une double vie, tout comme Max. Entre ces deux êtres abîmés par la vie, le courant avait passé presque immédiatement.

Max ne voulait s’attacher à personne, se trouvant trop dangereuse, de par son passé obscure et de par les terribles ennemis qui étaient à ses trousses. Pourtant, l’ADN de félin qui avait été implanté en elle lors des expériences médicales ne lui laissait aucun répit. Régulièrement, ses hormones femelles s’exacerbaient au point de faire naître en elle des pulsions reproductrices intenses. Max enfourchait alors sa moto et partait dans la nuit en direction de nulle part pour chasser ces pensées érotiques qui l’assaillaient.

Partir à moto, c’est ce que Max aurait du faire ce soir là. Pourtant, la vie en avait décidé autrement. Depuis plusieurs jours, Elle avait promis à Logan, son ami journaliste, de passer la soirée avec lui. Elle ne pouvait plus refuser ayant déjà repoussé le rendez-vous à plusieurs reprises. Logan savait faire preuve de compréhension et de patience mais annuler cette soirée une fois de plus aurait été lui manquer de respect. Max craignait d’être à nouveau sous l’emprise de ses hormones. Elle se voyait déjà commettre l’irréparable avec son ami et mentor. L’homme qu’il était, malgré son handicap aux jambes, lui plaisait beaucoup. Elle ne s’en cachait pas. S’il devait y avoir un peu plus entre eux deux qu’une simple amitié, Max voulait que leur première fois ensemble se passe dans d’autres conditions. Elle ne voulait pas assouvir une pulsion animale provenant de cette part sombre d’elle-même.

Max, rompant avec ses habitudes, avait enfilé une robe de soirée noire. Elle s’observait dans le miroir. Elle avait peine à reconnaître l’enfant soldat entraînée à tuer et survivre qu’elle était. Elle se sentait presque femme et désirable quand, tout à coup, une crise de tremblement lui rappela ses dures origines. Max devait régulièrement avaler des comprimés de Tryptophan pour compenser les défauts de son code génétique. Le Tryptophan était son talon d’Achille à elle et à ses autres compagnons d’infortunes. C’était aussi une façon pour ses poursuivants de la repérer car cette substance ne courrait pas les rues.

Max hésita une dernière fois avant de se rendre chez Logan. Au fond d’elle, la jeune femme en mourrait d’envie. Sa solitude la pesait chaque jour un peu plus et le journaliste avait tant fait pour elle, l’aidant à retrouver des informations sur ses origines ou ses frères. Lui seul était capable de comprendre ce qu’elle endurait. La vie avait apprit à Max à être méfiante et de ne faire confiance à personne. Ce soir, ce serait l’occasion de rompre avec cette habitude qui l’emprisonnait et l’étouffait. Depuis le temps qu’elle l’observait, Logan était un type bien même si son côté humanitaire et protecteur de la veuve et l’orphelin l’agaçait parfois.

Quand elle sonna à la porte, Logan tint personnellement à l’accueillir. Quand Max entra dans le salon, elle découvrit que celui-ci avait fait dresser une table avec bougies et belle vaisselle. Le résultat était, comme à son habitude, impeccable Il avait aussi renvoyé les domestiques, préférant être seul avec la jeune femme. Ce rendez-vous était un rendez-vous galant. Max venait d’en prendre conscience alors qu’elle le savait, tout au fond d’elle. Elle baissa les yeux et rougit, elle, le super soldat génétiquement surdoué et aux réflexes acérés.

Logan l’invita à s’asseoir, la complimentant sur sa robe qui contrastait tant avec ses habituelles allures de garçonne. Puis il fit le tour avec son fauteuil roulant et vient se place en face de Max. Il ouvrit la bouteille de champagne qui attendait au frais et trinquèrent au rétablissement d’un monde meilleur. Max n’y croyait pas, à ce monde meilleur. Celui qu’elle avait connu depuis toute petite ne valait pas la peine d’y vivre. Seul son phénoménal instinct de survie l’avait poussé à avancer toujours plus loin. Pourtant, elle ne voulait pas gâcher la soirée en paraissant de mauvaise humeur. Logan remarquait et appréciait les efforts de la jeune femme. Il la désirait, depuis dès le début de leur rencontre, mais il n’osait pas avouer sa flamme. Depuis son handicap, il se sentait diminué et il avait honte d’aimer la belle et sauvage Max. Il ne voulait pas être un poids pour elle. Elle était si jeune, si fragile mais aussi si sombre.

Le regard de Max croisa celui de Logan. Pendant un instant, elle sentit le désir irrépressible de son ADN félin monter en elle. Elle fit des yeux de velours au journaliste, bougeant son corps avec sensualité, bien malgré elle. Ses lèvres pulpeuses s’humectèrent. Max fit un effort surhumain pour ne pas que ses soudaines envies se remarquent. Logan, pourtant, devant cet air insistant, faillit avaler sa gorgée de champagne de travers. Qu’avait-il compris, exactement, du tumulte de désir et de pulsion qui parcouraient Max à cet instant précis ?

La poitrine de la jeune femme se dressait visiblement sous le fin tissu de sa robe. Max avait chaud. Elle se réfugiait derrière un flot de parole et de rire, elle qui d’ordinaire était silencieuse et secrète. Logan mettait cela sur le compte de la nervosité. Il riait parfois avec Max mais pour reprendre aussitôt le masque grave qui le caractérisait bien trop souvent.

- Veux-tu encore un peu de champagne, avec le homard ? demanda-t-il.
- Non merci. Tu me gâtes beaucoup trop et je tiens à rester en possession de mes moyens.
- Allons, Max, il ne va rien t’arriver. Tu es en sécurité ici, avec moi. Lydecker ne pensera jamais à venir dans un tel endroit.

Max s’était levée, entendant le nom du colonel ennemi. Elle voulu se rasseoir mais Logan la regardait avec tant d’admiration que cela en réveilla son désir pulsionnel. La jeune femme ne parvenait plus à calmer sa respiration, témoignage de ses ardeurs sexuelles en ce jour précis. Elle approcha du journaliste, en proie à de terribles pulsions contradictoires. Elle avait tant rêvée de ce moment. A présent, elle ne se sentait plus la force de refuser l’appel de son corps. Elle voulait sentir les muscles de ce beau gosse qui savait tant la comprendre. Elle voulait sentir ses baisers sur sa poitrine. Elle voulait lui donner du plaisir pour le remercier de tout ce bonheur qu’il lui avait apporté depuis qu’il était entré dans sa vie.

Logan se dégagea de la table, se tournant vers Max. Lui aussi avait envie de la jeune femme, bien plus qu’aucune autre. Il attrapa la main de la jeune femme en proie au désir et la posa délicatement sur son torse, à l’endroit de ses battements de cœur. Il voulait dire avec ce geste ce que ses lèvres refusaient de prononcer.

- Max… dit-il dans un souffle.

La jeune femme porta un doigt à sa bouche, lui faisant signe de garder le silence. Puis, s’abandonnant à la situation, elle laissa errer sa main sur le torse de Logan, ouvrant les boutons de sa chemise l’un après l’autre. Quand il fut à moitié nu, elle se jeta sur lui et l’embrassa fougueusement. Elle se redressa et serra la tête de son futur amant contre sa poitrine gonflée d’amour. La bouche légèrement entrouverte, elle savoura cette délicieuse sensation d’être enfin une femme et traitée comme telle. Ce Logan était depuis toujours un gentleman et c’était avec douceur et volupté qu’il prodiguait ses caresses sur le corps de Max.

Max se recula de quelques mètres et sans autres cérémonials qu’un peu de rouge aux joues, elle entreprit de dégrafer sa robe qui tomba sur le sol, gisant à ses pieds. N’ayant pas mis de dessous, pour cette soirée spéciale, elle se retrouva nue devant le journaliste ébahi. Max cacha son intimité de ses mains, prise d’une soudaine pudeur. Qu’allait penser Logan d’un tel empressement ? Pouvait-il imaginer quel instinct de tigresse avait prit possession de Max depuis quelques jours ? La jeune femme s’approcha, tourmentée par sa passion. Elle voulait sentir les mains de Logan sur son corps, sur ses seins, sur sa peau nue. Elle voulait qu’il enfonce ses doigts en elle, qu’il la fouille sans ménagement.

Avec ces pensées, les cuisses de Max ruisselaient, prête à accueillir l’homme que son cœur avait élu. Une forte odeur hormonale se dégageait de son sexe, ce qui troublait Logan, pourtant expert en maîtrise de soi. Les désirs violents de la jeune femme le chamboulait, le remuait jusque dans son ventre. Plus que tout au monde, Logan désirait posséder le corps de Max, s’en rassasier, fusionner avec lui. Intérieurement, il se maudissait d’être si empoté, coincé dans sa chaise roulante. Cela ne dérangeait pas Max qui l’aida à le défaire de son pantalon. Elle prit ensuite le gland tendu de désir dans sa bouche, sans même hésiter. Max s’offrait ce que ses plus puissantes pulsions réclamaient. Bientôt, elle ne répondrait plus de rien et assouvirait la soif de sexe qui la taraudait. Logan serait l’homme parfait. Jamais il ne lui reprocherait cette soirée et il continuerait de la traiter avec respect, comprenant cette part d’elle nouvelle pour lui.

Logan était sur le bord de jouir quand Max eut finit de le lécher. La jeune femme s’installa alors sur les genoux du cyber-journaliste et guida son sexe en elle. Elle gémit durant la pénétration. C’était la première fois qu’un homme était autorisé à entrer en elle. La sensation était violente, puissante, intense, le plaisir infini. Le puit de Max ne tarissait plus. Elle se sentait comblée. Sa parfaite condition physique lui permit de se hisser sur la hampe bandée de Logan. Elle accomplissait le va-et-vient pour lui, arrachant des cris de plaisirs fulgurants. Le journaliste, aussi appelé le veilleur, prit les tétons de Max dans sa bouche tour à tour. Il suçotait les seins fermes et souples de la jeune femme, les mordillant par moments.

Au moment de l’orgasme, Max faillit crier mais son instinct de préservation fut plus fort. Silencieusement, elle jouit à plusieurs reprises, sentant le jet chaud de Logan l’ensemencer dans ses entrailles. Elle se mordit la lèvre, se promettant de recommencer tous les jours. Comment avait-elle pu fermer la porte si longtemps à ses besoins sexuels ? Logan semblait terrassé, lui aussi, par la vague qui venait de les submerger. Ses cheveux étaient tout ébouriffés et ses lunettes allaient de travers. Il avait chaud et leurs deux corps étaient rougis par ces frottements amoureux. Max se blottit encore quelques minutes dans les bras puissants de Logan, jouant de ses doigts sur le sexe mâle dont le volume diminuait. Puis, elle se lécha les doigts à la manière d’un chatte, voulant connaître le goût son partenaire.

Logan caressa les fesses de la jeune femme. Dans la précipitation de leurs désirs, il n’avait pas eu tant de temps pour explorer le corps de Max. Il se rattrapait avec volupté, offrant à la jeune femme de douces caresses sensuelles. Au bout de quelques minutes, Max porta Logan sur le lit et le couvrit d’une couverture. Il s’était endormi, saturé de plaisir. A son réveil, Max ne serait plus là. Sa décision était prise. Elle ne pouvait pas mettre une minute de plus l’homme qu’elle aimait en danger. Bientôt les tueurs du Colonel Lydecker retrouverait sa trace et n’hésiterait pas à s’en prendre à Logan, s’ils apprenaient qu’elle avait eu une relation avec lui.

Max se demanda si elle devait laisser un mot ou si Logan comprendrait son départ. Entendant du bruit dans la chambre, l’instinct prit le dessus et elle s’échappa de l’appartement, sans un bruit.



Laissez vos impressions à l'auteur : Sublum



tchat rencontre



Retour vers les histoires erotiques



© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact