Sublum : histoires erotiques ou de science-fiction
histoires érotiques
histoires erotiques


tchat rencontre


La clé des champs


par Julie



Par un beau dimanche de mai, Sébastien et Julie se promenaient à travers champs, main dans la main, goûtant à la tiédeur du vent qui caressait langoureusement leur peau. Les parfums enivrants de la flore renaissante provoquèrent en eux un profond émoi, exacerbant leurs sens. Des prés verdoyants s’étiraient à perte de vue sur un fond azuré. Les chants de parades des oiseaux, toute cette harmonie entre les éléments réveillaient en eux une sensation de bien-être propice à des retrouvailles.

Les amoureux vivaient éloignés l’un de l’autre mais lorsqu’ils se retrouvaient, Julie avait la sensation que c’était la première fois qu’ils se voyaient. Elle l’aimait comme jamais elle n’avait aimé auparavant, l’alchimie était parfaite quand ils étaient réunis, leurs corps et leurs âmes ne formant plus qu’un.

Ils s’arrêtèrent au pied d’un chêne afin de profiter de la quiétude de l’après midi, et s’allongèrent sur le tapis moelleux que leur offrit l’herbe douce et soyeuse. La jeune femme, vêtue d’une robe légère, se blottit contre son amant pour être toujours plus proche de lui. Elle était folle de son Sébastien d’amour, chaque seconde à ses côtés n’était que du bonheur à l’état pur. Il sentait si bon, sa peau était tellement douce, ses cheveux brillaient au soleil, lui donnant l’envie d’y passer la main. Elle le dévorait du regard, l’enveloppait de tout son amour et elle ne put résister à l’envie de l’embrasser. Sébastien lui rendit son baiser, l’enlaçant tendrement, passant d’abord sa main dans les cheveux de sa promise, descendant avec une infinie douceur jusqu’à la chute de ses reins.

Comme il l’aimait sa Julie, jamais il n’avait ressenti pareille émotion auparavant, il découvrait les joies d’aimer et d’être aimé en retour et il désirait par-dessus tout que cela dure éternellement.

Serrés l’un tout contre l’autre, se prodiguant des avalanches de caresses voluptueuses, sinueuses et sensuelles, ils parvinrent sans la moindre difficulté à susciter le désir commun qu’ils avaient de ne former qu’un, communiant ainsi avec la nature. Avec délicatesse, Sébastien passa sa main sous la robe de sa belle, lui parcourut le corps, insistant sur certaines parties de son anatomie lui arrachant parfois un petit gémissement de plaisir. Il adorait l’entendre, la voir se languir de désir pour lui, cela le rendait fou. Julie quant à elle, connaissait parfaitement les zones érogènes de son amoureux : elle commença tout d’abord par lui embrasser le cou, lui mordillant parfois le lobe de l’oreille, tout en lui caressant le torse, passant lentement la main sous son t-shirt, allant et venant sur ses flancs si doux, descendant malicieusement la main par moment vers son bas-ventre sans toutefois y toucher, pour l’instant… Il lui susurrait des mots d’amour à l’oreille, et ses caresses se firent plus audacieuses.

Comme il désirait la posséder, c’était vraiment incroyable, mais il voulait faire durer le plaisir tant les prémices à l’acte en lui-même sont délicieux. Il respirait sa peau pâle clairsemée de tâches de rousseur, délicatement parfumée, dardillonnant de sa langue le cou de son aimée. Elle se serra encore un peu plus contre lui, pressant son sexe contre le sien en un va-et-vient langoureux, lui signifiant ainsi qu’elle le désirait autant qu’il la désirait. Leurs caresses s’enfiévrèrent tout comme leurs corps brûlant par l’envie de se sentir l’un dans l’autre. Le jeune homme lui ôta sa robe et la jeta au loin. Elle lui enleva son t-shirt et commença à glisser sa main dans son jean, cherchant avidement son sexe. Il lui lécha son corps, s’attardant sur sa poitrine, lui mordillant goulûment ses tétons durcis par le désir, sa main se dirigeant vers sa zone plus intime. La petite culotte en satin rouge ne résista pas longtemps à l’ardeur de Sébastien qui l’arracha d’un geste sûr. Julie en poussa un petit cri de surprise et d’étonnement. Elle était à lui, lui appartenait totalement, s’offrait à lui.

Il retira avec hâte son pantalon et son caleçon, et se jeta sur elle, son membre tendu ne cherchant qu’à la pénétrer. Leurs regards ne se quittèrent pas un instant, ne formant déjà plus qu’un. Avant de fondre son corps dans le sien, il l’embrassa passionnément, sa main sur le sexe humide et brûlant de la jeune femme. Elle lui caressait le dos tout en pressant délicatement son pénis excité. C’est alors qu’elle l’invita, le guidant en elle, écartant ses cuisses, lui offrant toute la douceur et la sensualité qu’une femme ronde peut offrir à un homme. Ils se regardaient dans les yeux, chacun voulant profiter de la jouissance et du plaisir de l’autre. Julie gémissait, lui murmurait des « je t’aime », pendant que Sébastien l’embrassait, ses reins allant et venant doucement. Leurs cœurs battaient à l’unisson, leurs souffles se mêlaient. Puis, elle lui demanda d’accélérer la cadence, Sébastien s’exécuta volontiers. Elle voulut se retourner, pour qu’il la prenne par derrière, sentant ainsi encore mieux le sexe de son amant dans le sien.

Il adorait ça quand elle prenait les initiatives, ça l’excitait encore plus, et il aimait la pénétrer dans cette position, la dominant et la protégeant ainsi. Par moment, Julie se relevait, tournait la tête afin qu’il l’embrasse, qu’il lui prenne les seins à pleine main, et elle lui caressait les fesses. Ils étaient si bien ainsi, le corps de l’un appartenant à l’autre. S’ils le pouvaient, ils feraient l’amour tout le temps. Tout à coup, Julie commença à sentir le plaisir déferler en elle telle une vague de chaleur. Elle gémit plus fort. Sébastien ne tarda pas à venir non plus, le cri de sa compagne lui déclanchant son orgasme. Dans une ultime étreinte, les corps des deux amants furent secoués par les spasmes d’apothéose de leur union orageuse, se laissant totalement aller à l’abandon de leur jouissance.

Les amoureux, le corps moite, s’allongèrent à nouveau, dans les bras l’un de l’autre. Il lui passa la main dans les cheveux pour la recoiffer, elle lui fit un sourire, et lui dit « je t’aime ». Ce moment restera à jamais gravé dans leurs cœurs. Une légère brise les enveloppait, tout était en parfaite harmonie. Les deux amants satisfaits profitaient des derniers rayons du soleil déclinant, goûtant au bonheur de l’instant présent.



Laissez vos impressions à l'auteur : Julie



tchat rencontre



Retour vers les histoires erotiques



© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact