Sublum : histoires erotiques ou de science-fiction
histoires érotiques
histoires erotiques


tchat rencontre


Soirée enivrante


par Arcturus



C’était à la plage du village, un samedi chaud et humide où la foule s’entassait près de l’estrade. Il était près de 21 heures, la clarté du jour s’estompait et le spectacle était sur le point de débuter. La foule était nombreuse et plutôt jeune. La plupart des filles affichaient un bronzage soigné, la fin des vacances approchant.

Robert était de passage pour un travail commandé. C‘était sa première incursion dans cette région. Les derniers jours n’avaient pas été drôles pour lui, sa femme l’ayant laissé pour son voisin de palier. Les mots acerbes qu’ils s’étaient échangés depuis trois mois, lui et sa femme, l’avaient laissé dans un état de vive dépression. La distraction qu’il croyait nécessaire ce soir-là ne lui paraissait pas à prime abord très réparatrice. C’était sans compter sur le destin.

Sa libido était au point mort jusqu’à ce qu’un groupe de fêtards ne viennent troubler ses pensées noires. Ces gens sortaient tout juste d’une baignade dans le lac. Ils étaient peut-être une quinzaine, la plupart des femmes dans la vingtaine certainement. Au moment où la foule s’attroupa près de la scène pour le concert, il remarqua soudainement la beauté de trois femmes du groupe. Deux portaient chacune un maillot une pièce qui galbait leur forme sans faille. Elles affichaient des seins fermes, un cul à manger, un corps bronzé à souhait et un visage angélique que rajeunissait une chevelure ondulée et défaite. Leur maillot encore humide scintillait sous les lumières colorées de la scène.

La troisième déesse portait, elle, un bikini très léger. Pieds nus dans le sable, elle semblait tituber constamment, trahissant les consommations qu’elle se payait depuis peu à un rythme accéléré. Elle était plus grande que les autres, mais ses formes n’avaient rien à leur envier. Cheveux châtains attachés sur le côté, peau qui paraissait soyeuse et duveteuse, buste évident et de longues jambes rectilignes et fermes ont suffi à Robert pour le ramener au moment présent. Il braquait son regard vers sa cible, qu’il dévisageait de haut en bas.

Entraîné soudain par le mouvement de la foule qui se rassemblait vers l’estrade, il s’était retrouvé derrière les trois nymphes qui riaient et s’amusaient inconsciemment. À plusieurs reprises, il frôlait chacune d’elle par derrière. Son membre gonflait à chacun des contacts qu’il encourageait sur les fesses qu’il pouvait atteindre, son maillot ample camouflant bien ses intentions. Les filles ne portaient aucune attention à l’étranger derrière elles et continuaient à rires aux éclats, tout en se dandinant au son du rythme de la musique qui jouait en attendant les musiciens. Une d’entre elles se mit à embrasser un copain langoureusement. L’atmosphère semblait se déchaîner graduellement.

Le resserrement de la foule aidant, Robert jugea le moment propice et se risqua une main sur la taille d’Isabelle, la fille en bikini. Au contact, elle sursauta sèchement, mais ne se retourna pas. Elle repris ses ondulations initiales et semblait satisfaite de l’initiative. Soudain les lumières s’estompèrent à l’entrée des musiciens. La foule se mit à hurler et tous levèrent les bras pour les saluer. La femme fit de même et Robert en profita pour tripoter sa nouvelle compagne. Les deux mains sur ses hanches, il s’approcha pour l’embrasser dans le cou. Elle répondit d’un mouvement de corps vers l’arrière s’abandonnant à son inconnu. Robert commençait à bander sérieusement et accélérait le mouvement de ses mains qui atteignaient rapidement les deux seins de sa proie. Elle émit un soupir de satisfaction que Robert ne pouvait entendre, mais qu’il comprit lorsqu’elle ferma les yeux.

La noirceur le favorisant, Robert délassait les seins de sa compagne pour se concentrer sur l’intérieur de ses cuisses. Son visage parut s’illuminer à son initiative. Lentement, Robert massa la peau satinée jusqu’à l’entrejambe. De ses doigts agiles, il appliqua une légère pression à la hauteur de son antre. La femme se laissa aller en attirant de ses mains le bassin de Robert vers elle. Robert introduisit sa main droite à l’intérieur du slip de sa partenaire et, délicatement, amorça un mouvement de va-et-vient à travers ses lèvres. Isabelle écarta légèrement les jambes, fit de faibles mouvements de bassins et se mit à caresser les cuisses de Robert tout en reculant la tête vers l’arrière. Leurs yeux se croisèrent et Robert comprit à son regard qu’elle l’encourageait à poursuivre.

De gestes rapides, il dégagea suffisamment le slip d’Isabelle pour s’introduire par derrière. Elle se pencha légèrement vers l’avant et de sa main gauche, Robert dégagea son membre pour le placer entre les jambes de sa compagne. À ce moment, la foule poursuivait ses hurlements et personne ne leur portait attention, sauf les deux compagnes d’Isabelle. Robert ne s’était pas rendu compte qu’elles s’étaient positionnées de chaque côté d’eux, se rendant complice de leurs ébats. Chacune, feignant apprécier le spectacle, affichait un sourire espiègle et serrait Robert d’une main dans le dos camouflant ainsi l’accouplement en cours. Isabelle ne pouvait se retenir et introduisit elle-même le pénis ferme dans son vagin. Robert débuta de lents mouvements de bassin et ressentait un bien-être indescriptible au contact de ce doux tunnel lubrifié. Robert maintenait un rythme lent qui semblait convenir, Isabelle se retournant pour l’embrasser. Leurs langues s’entremêlèrent lascivement. Rober t sentait qu’il ne pouvait se retenir très longtemps, excité par le frottement de ses cuisses sur celles d’Isabelle et de celles ses deux complices qui se serraient à ses côtés. L’une d’elles se mit à tripoter ses couilles et ce fut suffisant pour qu’il se décharge brutalement en accélérant son rythme qui devenait fougueux. Isabelle poussait des cris de jouissance, mais que personne ne distinguait, hormis les deux associées.

Robert termina son travail en caressant Isabelle sur les seins et l’embrassant dans le cou passionnément comme s’il venait de sauver son âme. Isabelle se retourna et se serra aussitôt contre lui. Ils se caressèrent durant de longues minutes, après quoi Isabelle l’entraîna hors de la foule. Ils terminèrent la soirée étendue côte à côte sur le bord du lac au son de la musique lointaine.



Laissez vos impressions à l'auteur : Arcturus



tchat rencontre



Retour vers les histoires erotiques



© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact