Sublum : histoires erotiques ou de science-fiction
histoires érotiques
histoires erotiques

tchat rencontre

Le Sortilège


par Sublum



Après le plaisir des paroles échangées durant des heures, l’un tout contre l’autre, après le plaisir des yeux, des regards, de ton corps exhibé, offert à mes envies, vient l’action, les caresses, la passion. Je plonge en toi comme dans un livre ouvert. Je me noie dans tes désirs, dans tes sécrétions. Ma langue virevolte dans un discours muet où les seuls sons entendus sont tes soupirs d’émotions.

Ma queue se dresse depuis tant de temps. Tu ne la vois pas, je la cache. Au bord de la jouissance, tu tentes de l’agripper. Tu veux connaître l’effet que ton désir charnel a sur moi. Ta main se presse sur mon sexe, cette bosse saillante que tu ne connais qu’en pensée. Ma langue t’achève et se mêle à ton plaisir. Tes cuisses se raffermissent et tremblent. Ton jugement est sévère et la sentence exemplaire : condamné à assouvir la fontaine de tes désirs, sans cesse renouvelée entre tes cuisses, pour l’éternité et bien plus encore.

Ta main se glisse dans un interstice et libère le bâton ardemment convoité. Il jaillit fièrement et te nargue du haut de ses prétentions. Ta bouche gourmande et curieuse fond sur lui prête à l’englober. Le goût puissant te pénètre et te galvanise. Tu suces, tu lèches, tu bois. Ton autre main vient se frotter à mes fesses puis en dessous, soupesant mes bourses comme une princesse son butin. Le mâle tendu de désir que je suis t’appartient. Tu es la maîtresse absolue de ce grand corps pour avoir su réveiller en lui la chaleur animale, la canaliser de tes doigts, la quintupler de tes baisers enflammés.

Comment aurais-je pu savoir ? Comment aurais-je pu comprendre ? Il y a quelques jours à peine, tu n’existais pas. Aujourd’hui mon corps est devenu le jouet de tes envies femelles. Je suis l’esclave de ton bon plaisir. Mes mains, ma langue, ma queue sont les instruments de tes orgasmes. Tu uses et abuses de cet homme à genoux devant toi. Tu profites, tu touches, tu caresses, tu lèches, tu mords. Tes mains se font douceur. Tes mains se font caresses insoutenables. Tu me retiens de jouir au bord de l’extase. Pour moi, tu as prévu autre chose.

En toi, je m’enfonce désespérément. Tu emportes ta victoire tout au fond de ton gouffre. Ton intimité me tolère, m’absorbe, jouit. Je ne peux que te remercier de tant de bonheur apporté. Mes assauts de volupté imparables s’intensifient jusqu’à te border au seuil de ta conscience évanescente. Tu frôles le plaisir ultime par vagues successives. Des cris déchirent ta gorge tandis que je pétris tes seins, en jouissant moi aussi, comme il en était grand temps.

La folle danse s’achève. Tu reviens à toi. Tu reviens à moi. Le soleil a décliné dans le ciel. Nos corps brûlent les dernières braises de notre désir l’un pour l’autre. Je profite de ce répit pour te regarder à nouveau dans les yeux, de ce regard pour que toi seule n’existes. Je passe ma main dans ta douce chevelure créatrice d’un monde de sensualité. Je t’embrasse tendrement. Nos lèvres s’effleurent, se goûtent, se savourent. Nous avons chacun un peu de l’autre sur nous, doux rappel de nos ébats furieux.

Je me redresse, fais quelques pas, chancelant. Déjà dans mon dos, ton regard se fait pressant. Je me sens comme attiré malgré moi. Je me retourne, je te vois. Tes yeux trahissent à nouveau ton émoi. Toi, déesse de l’amour, tu me retiens dans tes bras. Par quel heureux mystère ? Par quel sortilège ? Je ne le sais pas. Je m’abandonne à ton envie une fois de plus. Toi seule décideras quand terminera mon supplice. Pour moi, il est trop tard car j’ai bu à ton calice, bien calé, fermement, entre tes cuisses.



Laissez vos impressions à l'auteur : Sublum


tchat rencontre


Retour vers les histoires erotiques



© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact