sublum
connaissance


Une proposition d’avenir

par Sublum



L’Assemblée Mondiale. An 2457. Après cinq heures trente de débats.

- Cela suffit, je réclame un peu de silence. Je vous rappelle que si nous ne trouvons pas la bonne décision à prendre, dans exactement trente-quatre jours, des millions de gens mourront par insuffisance respiratoire.
- C’est pour quoi nous somme réunis. Il suffirait de fermer la centrale, une bonne fois pour toute !
- Monsieur le chancelier, vous n’y pensez pas. En agissant ainsi, un des plus brillants scientifiques de notre siècle ne verrait jamais le jour. Ce serait une perte immense pour l’humanité.
- Et alors, qu’à cela ne tienne. Il y en aura d’autres.
- Permettez moi de vous détromper sur ce point. Sans cette personne, aucune autre percée scientifique majeure ne sera réalisée avant au moins 453 ans. Nous prendrions un retard considérable.
- Vous avez raison M. le représentant de la communauté scientifique, laissons-les tous crever, alors, si c’est pour le bien de l’humanité.
- Ah non, cela suffit !! Nous n’allons pas recommencer sur ce sujet. M. le chancelier, veuillez tout de suite cessez vos sarcasmes. Je suis sûr que nous pouvons aboutir à un accord. Il suffit d’avoir un peu d’imagination pour trouver des solutions nouvelles.
- Ah oui, et lesquelles ? Je n’en vois pas d’autres.
- Bonjour, je suis le nouveau représentant des forces de la périphérie secondaire. Je vous présente mes excuses pour mon intervention car mes dons ne sont pas encore à maturité. Néanmoins, ne pouvons nous pas tout simplement…
- OHHH. Monsieur le représentant. Cette idée est complètement absurde. Ne voyez-vous pas les conséquences terribles de ce que vous proposez ?
- Il a raison. Faites-le taire !
- Ce type est complètement fou. Sa propre famille y passerait. Ne s’en rend-t-il pas compte ?
- Taisez-vous. Nous vous remercions, M. le représentant de la périphérie secondaire. Nous ne pouvons pas retenir votre idée dont les conséquences seraient désastreuses. Si vous me permettez un conseil, attendez encore un peu que vos dons deviennent plus puissants et soyez plus discrets sur vos pensées à l’avenir. En attendant, faites confiance aux anciens que nous sommes.
- J’aurais une idée, M. le président. Je sais qu’elle va faire grincer des dents.
- Nous vous écoutons, M. le commissaire des prospections.
- Eh bien voilà. Pourquoi ne déplacerions nous pas la centrale, quelques kilomètres plus loin ?
- Déplacer la centrale ? Voilà, une idée qui a le mérite d’être originale… Je crois qu’aucun de nous n’y avait pensé.
- Attendez, il n’a pas tort. Un déplacement de quelques kilomètres au nord dans les sites inexploités réduirait de 93% le nombre de tués. Je crois même que le taux de procréation augmenterait dans le même temps.
- Ici le représentant de la vie sociale. Je confirme l’information que vient de nous donner notre collègue des voiries. Les répercussions sur le voisinage seraient des plus bénéfiques.
- Et que fait-on de notre futur plus brillant scientifique ?
- Eh, il verra le jour un peu plus loin, voilà tout.
- M. le représentant de la communauté scientifique, qu’en dites-vous ?
- Euh, cela demande effectivement quelques investigations supplémentaires. Je crois qu’avec quelques modifications mineures, cela doit être possible.
- Et comment que c’est possible. Son relogement sera prioritaire. Il se sentira privilégié, grâce à nous.
- Excusez moi, je suis le représentant de la justice. Vous oubliez de préciser un détail. Cette personne devra finir sa vie en fauteuil roulant, à cause de vous.
- Eh alors, nous ne pourrons pas parer à tous les malheurs du monde. L’intérêt du groupe prévaut sur l’individu dans ce genre de situation. De plus, tout porte à croire que ses percées scientifiques seront encore plus profondes, du fait de son état.
- Ne vous faites pas plus monstrueux que vous n’êtes. Ce genre d’arguments n’est pas tolérable et vous le savez.
- Bien, je croyais que nous approchions d’une solution. Ce n’est toujours pas le cas. M. Leroy, nous avons plus que besoin d’une de vos idées brillantes. Vous êtes le meilleur d’entre nous, non pas par votre don mais par votre créativité.
- Hum. Eh bien, cher président. J’ai effectivement une solution mais si complexe qu’il me faudra le concours de tous pour l’imaginer.
- M. Leroy. Vous savez que vous avez notre confiance à tous. Soyez assuré que nous ferons le maximum pour pénétrer dans votre réalité.
- Bien. Je crois que l’idée du déplacement est bonne malgré tout. Pourtant, ce n’est pas la centrale que nous allons déplacer… Ce sera la ville, elle-même. Du moins, une partie suffira.

M. Leroy porta un verre d’eau à sa bouche. Le silence régnait dans l’assemblée mais déjà les bouleversement du temps se faisait sentir, montrant que sa décision allait être adoptée. Des remous d’avenir suivaient les méandres des lois implacables de l’univers jusqu’à se stabiliser vers un futur meilleur. La concentration des membres de l’assemblée était à son comble. Certains furent secoués de spasmes et furent emportés immédiatement par les médecins de garde. Tous les cerveaux présents furent malmenés par cette rupture radicale et ses milliards de conséquences nouvelles. Des millions de nouvelles vies allaient voir le jour, des millions d’autres allaient s’éteindre. Des bâtiments entiers surgiraient et viendraient remodeler la surface du globe. Au dehors, on sentait le murmure de la population gronder. Les souffrances de la transformation avaient atteint leur paroxysme et déclinaient à présent. Le calme revint dans l’assemblée. M. Leroy, lui, n’avait pas bougé d’un pouce et reposait maintenant son verre d’eau.

- M. Leroy, c’était parfait. Une fois de plus, votre génie nous a tous sauvés d’une catastrophe majeure. Le sort en est donc jeté. Nous déplacerons la ville. La prochaine situation d’urgence est prévue pour le 30 août 2469 où une émeute sanglante risquera de compromettre l’avenir de nos recherches minières. Nous nous réunirons donc, comme il se doit le 30 août de l’année 2468 afin de prévenir la situation. Fin de la séance et merci à vous.


Fruitymag, votre magazine au contenu libre de droit



Retour




© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact