sublum
connaissance


Ex Solaris

par Sublum



Le vaisseau Exsolaris filait à vive allure dans le vide interplanétaire. Vénus, Jupiter, Saturne, les planètes défilaient les unes après les autres à une vitesse stupéfiante. Qui aurait cru que cette aventure fut possible il y a quelques dizaines d’années seulement ? Depuis la découverte du professeur Brown sur la propulsion infra-gravifique, tous les efforts avaient été faits pour réaliser le premier vaisseau habitable capable de sortir du système solaire. Ainsi était né Exsolaris, un petit bijou de technologie qui avait coûté une fortune.

Grâce à son système de propulsion révolutionnaire, on pouvait dorénavant se déplacer à des vitesses suffisamment élevées pour rendre la durée d’un voyage interstellaire compatible avec la durée de vie humaine. Ce n’était pas une mince prouesse.

John était le pilote de ce bolide d’un nouveau genre. Une étude markéting commandité par les responsables de l’agence spatiale avait révélé que la majeure partie des contribuables ne pouvait imaginer un vaisseau spatial sans pilote. Donc John était le pilote bien que tout fut automatique et que, de toute façon, il ne comprenait rien à la théorie de la propulsion infra-truc-fique. Son goût de l’aventure, ses états de services excellents et le fait qu’il n’ait pas de famille à charge l’avait désigné tout naturellement pour devenir le héros dont l’industrie spatiale avait besoin.

Tous les voyants du vaisseau étaient au vert. Neptune était déjà loin derrière. Pluton était en vu, question de secondes. John, alors que le vaisseau allait bientôt atteindre la limite du système solaire, repensait à la cérémonie de départ. Il entendait encore le discours du président : « En cette année 2124, moi, président de la planète Terra, j’ai l’immense honneur de… ». John sourit intérieurement. Il se demandait si la théorie du professeur Brown pouvait aussi s’appliquer à la lenteur des discours politiques et de ses cérémonies interminables.

Exsolaris avait maintenant largement dépassé Pluton. Quand soudain, John s’aperçut qu’il y avait une autre planète encore, une dixième, que les scientifiques n’avaient jamais encore découverte. Non, non, la plaisanterie n’amuserait sûrement pas le gouvernement de la Terre.

Pourtant, quelques 17 milliards d’individus allaient être pendu à ses lèvres et il fallait bien qu’il trouve quelque chose à dire, quelque chose d’extraordinaire, qui resterait dans les mémoires.

Des étoiles, encore des étoiles, toujours des étoiles, à perte de vue, partout. « Mais quoi ! » s’écria John. « Je suis quand même le premier être humain à sortir du système solaire, bon dieu ». Il sentit l’excitation monter en lui. En effet, le premier voyant bleu venait de s’allumer. Quand les trois autres auraient fait de même, cela signifierait qu’il serait enfin sorti des limites. L’instant devenait sérieux.

John se demandait si le vide interstellaire était différent du vide interplanétaire. Quoique du vide était toujours du vide. Le deuxième voyant bleu s’alluma. C’était quoi du vide, d’abord ? Le troisième voyant s’alluma. Il n’en manquait plus qu’un, le dernier. L’humanité entière allait enfin sortir de sa prison mystérieuse et rejoindre les inaccessibles étoiles qui ont fait tant rêver des générations entières.

Le dernier voyant ne s’alluma jamais. Personne n’eut su dire pourquoi. John aurait été sur Terre à ce moment précis, il aurait sans doute pensé que le temps s’était définitivement arrêté. Les animaux, les hommes, les planètes, les étoiles étaient à jamais figées sur place dans un présent perpétuel et immuable, parfaitement silencieux. Mais John était figé, lui aussi. Ses pensées aussi. Le Temps.

Quelque part, ou plutôt nulle part, dans un lieu inconcevable, qui ne pouvait exister d’un point de vue logique, il y eut une sorte de « message » qui clignotait. Si John avait eu la faculté de le lire et de le comprendre, il l’aurait sûrement traduit ainsi : « Erreur. Dépassement de Champ / Projet : Univers. Temps local de simulation lors de l’Arrêt Automatique : 23 Juillet 2124, 13h42 min 50,378. Attente de nouvelles directives. Sauvegardes activées. »

Au même moment, retentit ce qui ressemblerait le plus à une « sonnerie ». Et alors Dieu se réveilla brusquement. Il avait dû s’assoupir…



Fruitymag, votre webzine au contenu libre de droit



Retour




© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact