sublum
connaissance


Constante Finale

par Sublum



Il est des régions dans l’espace où il ne vaut mieux pas s’aventurer si l’on ne veut pas finir broyé. L’amas d’étoiles du secteur Procyon faisait parti de celles là. Peu de pilotes auraient accepté de s’y rendre, pas même pour une paisible retraite anticipée sur les monts azurs de l’étoile d’Aravia avec ligne de crédit sans fin.

Julian De Centaure n’avait pas eu le choix. Sa compagnie l’avait proposé aux autorités spatiales suite au détournement d’énergie qu’il avait fomenté. Ils avaient trouvé le moyen de s’en débarrasser sans devoir respecter les termes juridiques du contrat. Julian ne savait plus exactement ce qu’on voulait de lui. Il avait embarqué à bord d’un vaisseau dernier cri. Il attendait une communication d’un instant à l’autre.

« M. De Centaure. Nos détecteurs indiquent que vous approchez de l’amas Procyon. Ralentissez et écoutez attentivement. Votre mission est de la plus haute importance. Cela fait 350 ans de temps solaire que nos Intelligences Terrestres ont découvert les lois méta quantiques qui régissent les Univers. Nous venons d’en apprendre la nouvelle il y a trois semaines. »

Comme à chaque fois, dans cette partie de l’espace, les communications étaient souvent tronquées ou morcelées. Julian savait que la suite arriverait bientôt. En attendant, il fit ouvrir les écrans protecteurs du vaisseau pour rendre la coque transparente. L’immensité de l’espace entra dans le vaisseau pour le submerger. Loin de toute atmosphère planétaire, la sombre beauté de l’Univers apparaissait dans toute sa splendeur. Les milliards d’étoiles, autant de nuances lumineuses d’une précision absolue, formaient des motifs sans cesse renouvelés. Au bout de quelques minutes, Julian distingua l’amas de Procyon. Le message disait vrai. Il approchait.

« Ces lois sont le Graal de la propulsion hyper dynamique moderne. Elles nous apporteront le contrôle absolu de l’espace et de toutes les techniques présentes et à venir. Nos détecteurs indiquent que vous survolez l’espace de Procyon. Sur votre gauche se trouve Oracle, le trou noir le plus dangereux et vorace de l’espace-temps. Il est une aberration scientifique.»

A nouveau, la communication fût tronquée. Les protocoles de transfert d’information devaient sérieusement être mis à mal. Le vaisseau pivota lentement. Sur la gauche, Julian aperçu l’énorme tourbillon visuel siphonnant l’espace sur des années lumières à la ronde, engloutissant des étoiles vieilles de plusieurs milliards d’années. Rien ne semblait capable de résister à son attraction puissante. Julian était choqué par la proximité du monstre. Il avait l’impression forte de n’être qu’un vulgaire bout de ferraille à la merci des lois implacables de l’Univers. Pris de panique, il voulut s’extraire de cette zone. Il s’aperçut que les commandes de navigation étaient inertes. Il ne pouvait pas revenir en arrière. Ces salauds allaient le faire mourir pour leurs expériences scientifiques.

« Du moins, jusqu’à il y a peu de temps quand nos Penseurs Fondamentaux ont repéré une dernière constante dans leurs équations conceptuelles. Ils seront bientôt en mesure d’expliquer tout dans l’Univers. Ils auront alors la clé qui nous permettra d’ouvrir des passages dans les autres réalités. Oracle, la dernière énigme de l’humanité, va nous permettre de connaître avec précision cette constante finale. »

Julian démontait le tableau de bord, affolé. Il devait absolument reprendre le contrôle du vaisseau. Ces cinglées d’Intelligences allaient l’envoyer droit à la mort pour servir leurs intérêts. C’est ce qu’elles croyaient. Julian n’avait pas détourné de quoi alimenter une planète entière en énergie sans avoir un minimum de ressources intellectuelles à son actif. Il connaissait par cœur le fonctionnement de ces navettes.

« Vous allez plonger dans cette rupture du tissu spatial pour nous rapporter ce que nous cherchons. Julian, inutile de chercher le pilotage manuel de vos commandes de navigation, elles sont complètement téléguidées depuis notre station spatiale. Pour tout vous dire, votre vaisseau n’a jamais eu de module de pilotage. Il a bien sûr fallu faire de la place pour installer les équipements de mesures à haute énergie. »

Julian venait de découvrir l’horrible réalité par lui-même. Il ne reconnaissait pas un seul des équipements embarqués. Il n’y avait même pas de capsule de survie. La place qui lui était normalement réservée était bourrée par des tonnes de circuits Electro-Quantiques dont la finalité échappait à l’entendement. Comment avaient-elles pu lui faire croire qu’il pilotait alors que le trajet était programmé d’avance ? Julian sentit le vaisseau faire une brusque embardée. Les capteurs indiquaient une brusque montée de la pesanteur. Le siphon commençait son œuvre inéluctable. Il serait bientôt trop tard pour faire marche arrière.

« Les énormes forces gravitationnelles en jeu vont bientôt entrer en action. Nos capteurs enregistreront vos battements cardiaques, Julian. Nous saurons enfin, comment voyager d’un Univers à l’autre. Vous serez le pionner de cette nouvelle ère. Les données récoltées par votre plongée nous serons télétransmises jusqu’à votre dernière émission. Au-delà, nous ne serons plus en mesure de venir vous récupérer. »

Julian suait des grosses gouttes qui coulaient dans la console vide de pilotage. L’angoisse lui serrait la gorge. Bientôt, il savait que la force d’attraction à hauteur de ses pieds serait tellement forte que son corps se déchirerait. Le temps allait se ralentir jusqu’à ce qu’aucune lumière ne puisse plus sortir de ce trou aberrant. Soudain, Julian eut une révélation. Il pouvait encore faire quelque chose pour se tirer de là. La technique était audacieuse mais c’était sa dernière chance.

« Les trous noirs ne sont plus ces monstres que l’on croyait. Combien de pilotes avons-nous déjà perdu, cherchant à mieux les comprendre ? Votre voyage au milieu d’Oracle nous permettra de sauver nombre de vos vies. Ils sont la clé. Toutes nos théories scientifiques le prouvent. Ils sont le Saint Graal. »

Julian n’entendait pratiquement plus les élucubrations des Intelligences Terrestres. Il était concentré sur la réalisation de son transmetteur. Il avait peu de temps mais il pouvait y arriver. Le vaisseau accélérait sa course folle, bientôt incontrôlable. Julian grilla quelques capteurs espérant provoquer un court-circuit. Un jet d’acide lui apparût, lui brûla le visage. Ces intelligences inhumaines avaient pensé à tout. Impossible de retarder l’échéance. Impossible de saboter les instruments.

« Julian. Vous rendez un immense service à la Terre. Aucun autre héros n’aura jamais accompli autant que vous, pour la beauté de la Science. Il nous faut connaître cette constante finale. Nous n’avons pas le choix. Bientôt ce sera la fin de la Grande Recherche. Nous saurons tout ce qu’il y a à savoir. Plus rien ne sera hors de notre portée intellectuelle. »

Encore quelques routines à programmer et il y serait presque. Julian régla la puissance émettrice au maximum. Il allait se téléguider lui-même. Voilà son idée. Il coupa la communication définitivement. Elles ne devaient se douter de rien. Silence. Quelques secondes passèrent tandis que l’horizon visuel de Julian se déformait étrangement au dehors. Il envoya des données aléatoires dans le système de téléguidage. Le vaisseau parut réagir. Après plusieurs essais, il parvint à rallumer les moteurs. Il n’avait plus beaucoup de temps. La vitesse du vaisseau allait bientôt atteindre le point de non retour.

Julian s’épongeait le front tout en jetant un œil inquiet en direction des indicateurs de gravité. Le système de compensation de pesanteur allait bientôt lâcher. Un voyant clignotait, rouge sur le tableau de bord. Julian voyait trouble. La sueur lui piquait les yeux. Non ce n’était pas le voyant de pesanteur mais une communication en urgence. Julian hésita. Son système de téléguidage ne trouvait pas les bons codes. Il était perdu. C’était la fin. La coque du vaisseau grinçait. L’atmosphère du vaisseau devenait irrespirable, les molécules suivaient le flux de pesanteur et s’entassaient à l’avant. Il faisait de plus en plus froid. Dans un long supplice, le bras de Julian parvint à atteindre le communicateur…

« Message prioritaire. Un autre trou noir vient d’être détecté dans la galaxie d’Andréas. Taille dix fois plus grande que prévue. Théories violées, à revoir. Scientifiques ont trouvé un nouveau model explicatif. Abandonnez mission. »

Les molécules de Julian se dispersèrent. Les capteurs envoyèrent leurs dernières salves de données agonisantes, celles qui ne trouveraient jamais leur chemin hors d’Oracle. Le temps ralentit jusqu’à s’arrêter, infiniment…



Fruitymag, votre mag au contenu libre de droit



Retour




© 2005-2008 sublum.com | Tous droits réservés | Plan du site | Contact